Cameroun : Maurice Kamto, leader de l'opposition, affirme être "retenu" chez lui depuis cinq jours    RD Congo : des employés de l'OMS accusés d'agressions sexuelles, ouverture d'une enquête    Le Kenya se divise sur un projet de loi sur l'avortement et la santé des femmes    Zimbabwe : mort de douze autres éléphants, une bactérie soupçonnée    Qui sont les quatre candidats à l'élection présidentielle ivoirienne ?    Le nouveau Premier ministre malien investi, la Cédéao encore réticente à lever les sanctions    Régis Kole, de la soul urbaine pour célébrer la vie et la liberté    Nigeria : une embuscade jihadiste fait au moins 30 morts dans le Nord-Est    Au Soudan, près de 830 000 personnes affectées par des inondations dévastatrices    Gbagbo doit réintégrer la course à la présidentielle ivoirienne, selon la Cour africaine    Transition politique au Mali : Bah Ndaw investi, la Cédéao maintient les sanctions    Covid-19 en Algérie : un parti d’opposition se réunit malgré l’interdiction    L’activiste qui a inspiré le film "Hôtel Rwanda" reconnaît avoir formé un groupe rebelle    Le président malien prête serment, la Cédéao maintient les sanctions    Elan de solidarité pour Hajooj Kuka, le réalisateur soudanais emprisonné

Editorial "du monde"

 

Editorial du « Monde ». On voulait croire que Donald Trump, candidat iconoclaste, bateleur et provocateur, mènerait une campagne plus mesurée et responsable, une fois la nomination du Parti républicain décrochée en juillet 2016. Il n’en a rien été. On a ensuite imaginé que, président élu, conscient de la charge qu’imposait la période de transition, il abandonnerait les attaques personnelles et les Tweet comminatoires. Il n’en a rien été.

On se prit donc à espérer que, le jour de l’investiture, lorsqu’il aurait prêté serment sur la Bible devant le président de la Cour suprême, suivant le rituel protocolaire qui se déroule tous les quatre ans à Washington, Donald Trump deviendrait enfin président et prononcerait le discours que, sous des formes diverses, ses prédécesseurs ont tous prononcé : du 45e président des Etats-Unis, on attendait un appel au rassemblement, une vision porteuse d’espoir, un message positif susceptible de panser les blessures d’une campagne électorale d’une rare violence. Il n’en a rien été.

 

Laissez un commentaire

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Retour en haut