Indépendance du Nigeria : 60 ans après, retour sur l'histoire de l'ex-colonie britannique    Accusations d'abus sexuels en RD Congo : trois agences de l'ONU ouvrent une enquête    La Cour de cassation valide définitivement la remise à la justice internationale de Félicien Kabuga    Le débat sur la peine de mort relancé en Tunisie    Simone Gbagbo : "Laurent Gbagbo a le droit de revenir en Côte d'Ivoire"    Génocide rwandais : la France valide la remise de Félicien Kabuga à la justice internationale    Covid-19 : une mobilisation pour donner aux pays pauvres l'accès aux vaccins    Cameroun : Maurice Kamto, leader de l'opposition, affirme être "retenu" chez lui depuis cinq jours    RD Congo : des employés de l'OMS accusés d'agressions sexuelles, ouverture d'une enquête    Le Kenya se divise sur un projet de loi sur l'avortement et la santé des femmes    Zimbabwe : mort de douze autres éléphants, une bactérie soupçonnée    Qui sont les quatre candidats à l'élection présidentielle ivoirienne ?    Le nouveau Premier ministre malien investi, la Cédéao encore réticente à lever les sanctions    Régis Kole, de la soul urbaine pour célébrer la vie et la liberté    Nigeria : une embuscade jihadiste fait au moins 30 morts dans le Nord-Est

Economie

Transformation du cacao / Le Président Alassane Ouattara pose la 1ère pierre d’un complexe industriel à Anyama-PK24

Le Président de la République, Alassane Ouattara, a posé, le mardi 22 septembre 2020 à Anyama-PK24, la première pierre du complexe industriel de transformation du cacao, dans la nouvelle zone industrielle, sur l’Autoroute du Nord.

Le Chef de l’Etat a salué la réalisation de ce projet qui permettra à la Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao avec plus de 2 millions de tonnes, de passer d’une capacité de transformation actuelle de 600 à 650 000 tonnes, soit le tiers de la production totale, à un volume de cacao transformé de 1 million de tonnes, d’ici à deux ou trois ans.

« Cette transformation va générer de la valeur ajoutée, des emplois pour les Ivoiriens, mais également des recettes pour le budget de l’Etat. De plus, le projet va considérablement améliorer le volume des investissements déjà réalisés dans notre pays », s'est réjoui le Président Alassane Ouattara.

Et d'ajouter : « Grâce à ce type de projet, la croissance économique sera de 8% l’année prochaine, contre 1,5 à 2% cette année. Cela est un miracle d’autant que la plupart des grands pays européens et américains sont en récession ; ce qui n’est pas le cas pour la Côte d’Ivoire. »

Il a souligné que ce projet est essentiel, non seulement pour la croissance économique, mais aussi pour les exportations, les investissements, les emplois et pour l’industrialisation du pays.

Il a félicité et encouragé le gouvernement, notamment les ministres concernés, à faciliter ce type de projets afin qu’à l’horizon 2025, la Côte d’Ivoire puisse arriver à transformer la totalité de sa production cacaoyère.

Fruit de la coopération ivoiro-chinoise, ce complexe, initié par le Conseil du Café-Cacao (CCC), est constitué de deux unités de transformation de fèves de cacao de 50 000 tonnes chacune. Il comprend aussi deux entrepôts de stockage d’une capacité de 300 000 tonnes dont un entrepôt de 160 000 tonnes à San Pedro et 140 000 tonnes à Abidjan, et d’un centre de formation aux métiers du cacao. Le coût global de la réalisation est de 216 milliards de FCFA.

SOURCE : CICG

Infrastructures économiques/Des dockers dénoncent l'insécurité au Port Autonome d'Abidjan

Un groupuscule de dockers sème la terreur au Port Autonome d'Abidjan. La situation est préoccupante si bien        que des dockers ne peuvent plus avoir accès au site.

La terreur n'épargne personne: les usagers, les chefs d'entreprises, le patronat et même les Forces de l'ordre.   Les agresseurs opèrent en toute impunité. Telle est la substance de la conférence de presse animée, mardi 15 septembre 2020, à la bourse du travail de Treichville par Kobenan Carlos, Secrétaire général du Syndicat National des Dockers de Côte d'Ivoire (SYNADOCCi) et aussi Secrétaire général du Groupement des Syndicats des Dockers pour le Renouveau (GSDR qui revendique sept (7) syndicats sur huit (8)).

 Selon lui, l'origine de ce climat délétère remonte à  Avril 2015: "une crise  latente a éclaté au sein du SEMPA, le groupement patronal entre son président d’alors Issouf FADIGA et son collaborateur Mohamed MOURAD, directeur du BMOD. A cette crise interne au patronat, soutenu par certains administrateurs et appuyé par le syndicat CNDD (Collectif National des Dockers pour la Défense de leurs Droits) à qui  il a fait de nombreuses promesses, monsieur Mohamed MOURAD réussit à faire débarquer M.Issouf FADIGA, au cours d’un conseil d’administration extraordinaire.

Par la suite, des responsables syndicaux ou dockers présumés proches de M. Issouf FADIGA ont été systématiquement livrés à la vindicte populaire, agressés, humiliés et exclus du périmètre portuaire par la « sécurité » du CNDD (...)

Ainsi donc, à l’issue de ladite crise, de peur d’être atteints dans leur intégrité physique, une centaine de dockers ont été contraints de rester terrés chez eux sans rémunération aucune, sous l’œil approbateur de M. Mohamed MOURAD.

La résultante de cette crise est la violence qui a cours actuellement et le climat de terreur  exacerbé par l’ex directeur du BMOD (Bureau de la Main-d'œuvre Docker) et certains administrateurs à dessein. Une violence verbale (injures, menaces de toutes sortes) et physique (agression, bastonnades, enlèvements et séquestrations) sur les dockers, les employeurs, les forces de l’ordre, et surtout les autorités administratives en toute impunité".

Aussi a-t-il interpellé les autorités ivoiriennes à prendre leurs responsabilités afin que ces actes de violences  n’impactent  pas  les activités portuaires et au-delà l’économie nationale.

Kobenan Carlos rappelle que  les syndicats qu'ils dirigent se sont désolidarisés de la FENAD-CI (Fédération Nationale des Dockers de Côte d’Ivoire), faîtière  créée en novembre 2016, pour mettre  sur pied une coalition dénommée « Groupement des Syndicats des Dockers pour le Renouveau (GSDR) », créé le samedi 21 Octobre 2017 afin de défendre au mieux leurs intérêts dont l'organisation de l'élection des délégués.  En effet,  depuis 2009, aucune élection des délégués du personnel n’a été organisée.

 Le porte-parole des dockers a attiré l’attention du Premier Ministre, Hamed Bakayoko, et du Ministre chargé des Affaires maritimes, Philippe Légré, sur les risques majeurs qui planent sur les deux (2) ports.  Il leur a  demandé de "créer un environnement propice à la création de richesses dans l’industrie portuaire   afin de le maintenir  au sommet des ports leaders, des ports attractifs et fiables dans le monde".

 Le conférencier a également invité le Directeur Général du Port, Hien Sié Yacouba à s'impliquer dans la résolution de cette situation en faisant quatre suggestions :

"Mettre fin à cette situation par l’exercice de l’action régalienne de l'État, car le port aujourd’hui semble être un État dans l'État de Côte d’Ivoire par la situation qui y prévaut  actuellement.

S’impliquer à faire réintégrer et réhabiliter les dockers contraints de quitter leurs postes.

Créer d’une part, les conditions véritables de paix sociale sans exclusive en milieu docker, y compris avec les partenaires sociaux ; et garantir d’autre part cette paix sociale par la signature d’un protocole d’accord engageant la responsabilité des acteurs.

Régulariser la situation de la représentativité et de légitimité par l’application des dispositions des articles 61.1 et 61.5 de la loi n°2015-532 du 20 juillet 2015 portant code du travail".

Signalons que cette conférence a débuté par une minute de silence à la mémoire du Secrétaire général adjoint du CNDD,  Konan Kouassi Bruno.

Avec M K

Groupe de la Banque Africaine de Développement/Le président Adesina a prêté serment hier

Réélu à 100%,  pour la première fois en 56 ans,  président du groupe de la Banque africaine de développement le 27 août dernier, lors des 55èmes assemblées annuelles de la BAD à Abidjan Akimwuni Adesina a prêté serment hier en présence du président du conseil des gouverneurs Kenneth Ofori-Atta par ailleurs ministre des finances de la république du Ghana. Remerciant les chefs d’Etats et de gouvernements des 81 états membres de l’institution pour la confiance placée en lui , le président réélu pour les 5 prochaines années a décliné ses priorités pour le développement de l’Afrique.

Discours d’investiture de M. Akinwumi A. Adesina

  • Excellence Monsieur le Président Alassane Ouattara, Président de la

République de Côte d’Ivoire,

  • Excellence Monsieur le Président Muhammadu Buhari, Président de la

République fédérale du Nigeria,

  • Excellences les chefs d’État et de gouvernement,
  • Excellences les anciens chefs d’État et de gouvernement,
  • Monsieur le Président de la Commission de l’Union africaine,
  • Monsieur l’ancien Secrétaire général du Commonwealth,
  • Madame Niale Kaba, Présidente sortante du Bureau des Gouverneurs du

Groupe de la Banque africaine de développement et ministre du Plan et du

Développement de la Côte d’Ivoire – Madame la « force tranquille »,

  • Monsieur le nouveau Président du Bureau du Conseil des Gouverneurs,

Monsieur Ken Ofori Ata, ministre des Finances du Ghana,

  • Mesdames, Messieurs les Gouverneurs de la Banque africaine de développement, de 81 capitales à travers le monde,
  • Mesdames, Messieurs les membres du Conseil d’administration de la

Banque africaine de développement,

  • Mesdames, Messieurs les ministres, responsables de Communautés économiques régionales,
  • Excellences les Gouverneurs d’États du Nigeria,
  • Mesdames, Messieurs les Chefs de missions diplomatiques,
  • Mesdames, Messieurs les membres du personnel de la Banque africaine de développement,
  • Chers amis et membres de ma famille,
  • Ma chère épouse, Grace – mon roc, mon aide, ma conseillère, ma bien- aimée et mes enfants Rotimi et Segun, Alex, Emily et nos petites-filles, Noemi et Audra …. née il y a seulement deux jours !
  • Mesdames, Messieurs,

Je remercie le Dieu Tout-Puissant de me permettre de me tenir devant vous aujourd’hui.

Je lui rends toute la gloire pour tout ce qu’Il a fait et continue de faire dans ma vie – une

vie que je lui ai consacrée pour servir l’humanité de façon désintéressée. Et surtout, je suis reconnaissant pour la possibilité qui m’est offerte de servir l’Afrique avec passion, au mieux de mes capacités. Je me tiens devant vous aujourd’hui pour prendre la parole au nom de deux personnes : ma chère épouse, Grace et moi. En effet, sans Grace (Yemisi), je n’aurais pas été ici aujourd’hui. Je t’aime, mon cœur – merci d’être toujours à mes côtés, m’accompagnant de tes prières et de tes encouragements. Je t’aime !

  • Je n’aurais certainement pas été ici sans le soutien exceptionnel de mon pays, le Nigeria, et de mon Président, Son Excellence Monsieur Muhammadu Buhari.
  • Monsieur le Président, vous m’avez nommé, vous m’avez accompagné, vous m’avez soutenu. Merci beaucoup, Monsieur le Président.
  • Je remercie le ministre des Finances, le ministre des Affaires étrangères et l’ensemble du gouvernement, ainsi que la population nigériane, qui m’ont soutenu.
  • N’eut été le soutien ferme de l’Union africaine, je n’aurais pas été ici.
  • Je n’aurais pas été ici sans le soutien ferme de tous les chefs d’État et de gouvernement africains, à commencer par le Président de mon pays hôte –

Son Excellence Monsieur le Président Alassane Ouattara.

  • Sans le soutien ferme des anciens chefs d’État et de gouvernement africains, avec à leur tête, Son Excellence Monsieur le Président Olusegun Obasanjo, je n’aurais pas été ici.
  • Sans la jeunesse africaine, les anciens de l’Afrique et les prières de l’Afrique, je n’aurais pas été ici.
  • C’est grâce à l’incroyable décision de tous mes Gouverneurs, de tous les actionnaires de la Banque, représentant 81 pays à travers le monde que je suis ici. Et je me sens porter par ce socle commun.

Je suis fier et déterminé aujourd’hui grâce à vous tous ... votre soutien, vos prières et vos bons vœux nous ont inspirés. Je voudrais vous exprimer à tous ma gratitude. Un grand merci à vous tous !

Excellences,

Il y a quatre jours, le 27 août 2020, j’ai été réélu à la présidence du Groupe de la Banque africaine de développement. Je tiens à vous remercier tous pour votre formidable soutien et pour la marque de confiance que vous m’avez tous collectivement accordée. Vous m’avez réélu avec 100 % des suffrages des actionnaires régionaux et non régionaux de la Banque - sans la moindre abstention. C’est un fait inédit dans les 56 années d’histoire de la Banque. Et je vous en suis extrêmement reconnaissant. Quel honneur ! Quelle confiance ! Et surtout quelle affirmation solennelle ! Vous, Mesdames et Messieurs les actionnaires, vous avez mis en évidence le niveau d’exigence exceptionnellement élevé de la Banque africaine de développement et son engagement en faveur de la transparence et de la bonne gouvernance institutionnelle. Je vous suis particulièrement reconnaissant pour la confiance et le soutien que m’avez accordé collectivement. Par-dessus tout, je suis très honoré et très touché.

Excellences,

Aujourd’hui, un arc en ciel illumine le ciel des 81 pays membres de la Banque africaine de développement. Il se déploie dans le ciel bleu de l’Afrique, avec un seul message — la pluie est derrière nous. Les nuages qui assombrissaient l’horizon se sont dispersés. Je me tiens devant vous aujourd’hui, en toute humilité, en tant que Président élu par tous. Et je serai le Président de tous.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Au cours des cinq dernières années, depuis que vous m’avez élu pour la première fois à la présidence de la Banque africaine de développement, nous avons, ensemble, tracé une nouvelle voie pour l’Afrique, qui a fait naître un espoir plus fort pour le développement du continent. Les Cinq grandes priorités - High 5 - de la Banque (Éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie ; Nourrir l’Afrique ; Industrialiser l’Afrique ; Intégrer l’Afrique ; et Améliorer la qualité de vie des populations africaines) qui ont été définies pour accélérer le déploiement de la Stratégie décennale, ont été mises en œuvre avec détermination, diligence et rigueur.

Les High 5 sont déployés sur le continent et sont devenus incontournables pour accélérer le développement de l’Afrique. Le PNUD a notamment indiqué que la concrétisation de ces Cinq grandes priorités permettrait de réaliser 90 % des ODD et de l’Agenda 2063 de l’Union africaine.

Excellences,

Au cours des cinq dernières années, la Banque a obtenu des résultats exceptionnels au titre de ces High 5 :

  • 18 millions de personnes ont été raccordées au réseau électrique
  • 141 millions de personnes ont bénéficié de technologies agricoles améliorées pour la sécurité alimentaire
  • 15 millions de personnes ont bénéficié d’un accès à des financements provenant d’investissements privés
  • 101 millions de personnes ont bénéficié d’un accès à des infrastructures de transport améliorées
  • 60 millions de personnes ont bénéficié d’un accès à l’eau et à l’assainissement

Nous avons obtenu des résultats impressionnants. Le programme des High 5 de la Banque a eu un impact sur la vie de 335 millions de personnes. C’est ce que s’efforce de faire la Banque africaine de développement - votre Banque - « avoir un impact sur les populations ». Nos opérations non souveraines pour le secteur privé ont augmenté de 40 %, passant de 1,5 milliard de dollars en 2015 à 2,1 milliards de dollars en 2019, le plus haut niveau ayant été atteint en 2016 avec un montant de 2,5 milliards de dollars.

Depuis la COP 21 à Paris, nous avons pris en compte le climat dans nos opérations. Le financement de la Banque pour le climat est passé de 9 % lorsque vous m’avez élu en 2015 à 36 % en 2019, soit une augmentation de 400 %. Nous avons maintenant pour objectif d’atteindre 25 milliards de dollars de financement climatique d’ici 2021. Grâce à une initiative novatrice et révolutionnaire, le Forum pour l’investissement en Afrique organisé en 2018 et 2019, nous avons pu susciter des intérêts d’investissement d’une valeur combinée de 78,8 milliards de dollars en Afrique. Dans chaque pays, les effets de la Banque se font sentir. Nous avons étendu notre présence à 44 pays, y compris dans les États fragiles. Le personnel de la Banque risque sa vie pour remplir notre mission. Et nous en faisons plus pour les femmes grâce à la mise en œuvre de l’action positive pour le financement en faveur des femmes (AFAWA), l’objectif étant de mobiliser 3 milliards de dollars pour les femmes et les entreprises féminines. Nous avons lancé un Fonds fiduciaire pour l’égalité des sexes, le premier jamais créé à la Banque, et avons fait des progrès en ce qui concerne les marqueurs de genre pour tous les projets de la Banque. Nous devons continuer à soutenir fermement les femmes. Lorsque les femmes gagnent, c’est l’Afrique qui gagne !

Excellences, Mesdames et Messieurs les Gouverneurs,

Gagner pour le développement de l’Afrique, telle est la mission que vous nous avez confiée !

Vous, les actionnaires, avez soutenu l’augmentation générale historique du capital de la Banque, qui l’a porté de 93 milliards de dollars à 208 milliards de dollars. Il s’agit d’une augmentation de 115 milliards de dollars, la plus importante jamais enregistrée dans l’histoire de la Banque. En tant qu’actionnaires, vous avez fortement soutenu une augmentation de 32 % des ressources de la 15e reconstitution du Fonds africain de développement (FAD), pour soutenir les pays à faible revenu et les États fragiles. Aujourd’hui, les pays du FAD reçoivent des ressources 700 % plus importantes qu’en 2015.

Excellences,

Nous optimisons nos ressources pour répondre aux attentes de nos actionnaires. La

Banque affiche le coût d’intervention le plus bas parmi toutes les banques multilatérales de développement.

  • Le Fonds africain de développement a également été classé comme la 2e institution de financement concessionnel la mieux gérée dans le monde.
  • Au cours des cinq dernières années, nous avons conservé notre notation AAA auprès des trois principales agences de notation - grâce à votre soutien extraordinaire et continu en tant qu’actionnaires.
  • Le Réseau d’évaluation du rendement des organisations multilatérales, également connu sous le nom de MOPAN, a classé la Banque africaine de développement en première position au même titre que la Banque mondiale.
  • Publish What You Fund a classé la Banque au quatrième rang mondial sur le plan de la transparence.

Excellences,

Nous sommes également une Banque très réactive.

  • Dès le début de la crise de COVID-19, le Conseil d’administration de la Banque a approuvé une facilité de réponse de 10 milliards de dollars pour faire face aux investissements immédiats et aux projets des pays, en particulier pour contenir les effondrements budgétaires.
  • Nous avons lancé un emprunt social de 3 milliards de dollars sur le marché mondial, soit le plus important emprunt social libellé en dollars américains jamais lancé dans le monde. Ces actions traduisent nos ambitions, notre engagement inébranlable et notre responsabilité indéfectible pour soutenir, stabiliser et renforcer les économies africaines.

La pandémie de COVID-19 a tout changé dans le monde. Elle a rongé la croissance de l’Afrique. Le continent a vu fondre les gains accumulés et la croissance économique qu’il avait pu créer au cours de la dernière décennie. La convalescence de l’Afrique sera donc longue et difficile. Aujourd’hui, nous devons l’aider à se reconstruire avec audace, mais aussi avec intelligence, en veillant attentivement à la qualité de cette croissance : notamment dans les domaines de la santé, du climat et de l’environnement.

À l’avenir, la Banque, en collaboration avec son Conseil d’administration, accordera une attention particulière au soutien de l’Afrique avec des infrastructures de soins de santé de qualité et s’efforcera de tirer parti de son avantage comparatif en matière d’infrastructure. Les travaux de la Banque en matière d’infrastructures se concentreront sur les infrastructures économiques, physiques et sanitaires de qualité. Cette pandémie offre de nouvelles opportunités et a remis aux centres des discussions l’impérieuse nécessité de renforcer les capacités de production, le développement industriel et les chaînes de valeur industrielles indispensables de l’Afrique, et nous devons soutenir cet élan avec des infrastructures et des politiques favorables. Nous nous pencherons particulièrement sur les chaînes de valeur industrielles régionales et le renforcement des marchés financiers pour développer le commerce et la compétitivité entre les régions et stimuler la zone de libre-échange continentale africaine.

Excellences, il ne fait aucun doute que les défis à venir sont encore nombreux : notamment la pauvreté, les inégalités, la fragilité, le chômage élevé des jeunes, les importants déficits dans le financement des infrastructures et la gestion durable de la dette. Alors que nous nous tournons vers l’avenir, permettez-moi de vous assurer que la Banque jouera un plus grand rôle dans le dialogue sur les politiques avec les pays. Nous soutiendrons une gestion durable de la dette, stimulerons la croissance verte et accélérerons la promotion de l’emploi des jeunes sur le continent. Plus que jamais, nous élargirons les partenariats dans plusieurs domaines : la finance, le savoir, l’investissement, et construirons des partenariats inclusifs plus solides avec la société civile, les universités et les centres d’excellence du savoir. Nous attirerons et orienterons davantage de capitaux mondiaux vers l’Afrique, en réunissant des investissements à travers le monde pour répondre aux besoins du continent. La Banque mettra à profit sa réputation, ses connaissances et ses ressources pour aider à faire plus et mieux pour l’Afrique. Nous renforcerons l’impact du Forum pour l’investissement en Afrique et en ferons un moteur essentiel du partenariat d’investissement audacieux qui vise à faire avancer le continent.

Excellences,

Nous veillerons à ce que le potentiel de la jeunesse africaine soit pleinement libéré. À cet égard, la Banque soutiendra la création de banques d’investissement pour les jeunes entrepreneurs. Ces banques aideront à mobiliser et à déployer des capitaux pour stimuler l’esprit d’entreprise de la jeunesse africaine, de manière systémique, évolutive et durable. L’ombre menaçante du chômage des jeunes et de leur migration hors d’Afrique doit laisser place à un arc-en-ciel d’entreprises prospères dirigées par des jeunes à travers l’Afrique. La jeunesse africaine doit rester en Afrique. Elle doit développer l’Afrique et dessiner son avenir. Nous nous appuierons sur les grands succès que nous avons obtenus dans le domaine de l’agriculture, en diffusant des technologies qui permettront d’aider des dizaines de millions d’agriculteurs, et en contribuant à la construction de chaînes de valeur agricoles compétitives. Nous apporterons de la valeur ajoutée à ce que nous produisons en Afrique et offrirons des opportunités en matière de créativité et de technologie qui faciliteront l’engagement massif des jeunes dans l’agriculture et l’agro-industrie.  L’avenir invite la Banque à être plus réactive et plus sélective, à s’appuyer sur ce qui fonctionne déjà et à renforcer ses propres capacités institutionnelles et humaines. Notre Banque doit garantir sa propre viabilité financière à long terme pour stimuler davantage la croissance de l’Afrique, l’approfondir et l’accélérer dans les années à venir. Nous devons concrétiser notre rêve de voir une Afrique plus prospère. Une Afrique en meilleure santé. Une Afrique plus résiliente. Une Afrique plus développée.

Excellences, Mesdames et Messieurs les Gouverneurs, distingués invités, Mesdames et

Messieurs,

Lorsque vous m’avez élu pour la première fois il y a cinq ans, j’avais une vision. Cinq ans plus tard, j’ai encore la vision de capitaliser sur nos réalisations collectives au cours des cinq prochaines années. Une vision pour bâtir un Groupe de la Banque africaine de développement beaucoup plus fort et plus résilient, avec le leadership et la capacité d’avoir un impact de qualité encore plus important sur les populations africaines, tout en restant financièrement solide et viable. Nous nous concentrerons donc sur les éléments ci-après : « institution », « gestion des personnes », « résultats » et « viabilité ». Chacun d’entre eux est résumé dans les cinq domaines suivants, qui épousent les contours des « High 5 » programmatiques pour transformer le paysage du développement en Afrique.

  • Promouvoir une institution plus forte
  • Renforcer les capacités humaines
  • Renforcer l’efficacité
  • Approfondir la qualité et l’impact
  • Maintenir la viabilité financière

Une institution plus forte

  • Renforcer la capacité institutionnelle
  • Améliorer les ressources humaines
  • Mettre en place une infrastructure informatique de premier plan pour améliorer l’efficacité et la productivité à l’ère du numérique
  • Renforcer la responsabilité, la supervision et la conformité
  • Promouvoir une plus grande culture de la performance

Renforcer les capacités humaines

  • Employeur de choix en Afrique
  • Recruter et fidéliser les meilleurs talents
  • Améliorer l’expérience du personnel et les propositions de valeur
  • Améliorer le développement de carrière et la mobilité

Renforcer l’efficacité

  • Améliorer la réactivité vis-à-vis des clients
  • Décentraliser la prise de décision
  • Mettre en place des systèmes et des processus plus efficaces
  • Améliorer le rapport coût-efficacité et optimiser les ressources

Accélération de la qualité et de l’impact

  • Des opérations de qualité
  • Renforcer le dialogue sur les politiques, les connaissances et la gestion de la dette
  • Renforcer les sauvegardes environnementales et sociales
  • Accélérer l’impact sur le développement Viabilité financière
  • Stabiliser les ratios prudentiels
  • Promouvoir une culture de l’efficacité concernant les coûts
  • Équilibrer les objectifs de développement et la viabilité financière
  • Optimiser le bilan de la Banque
  • Mobiliser des capitaux privés à l’échelle mondiale pour compléter les ressources de la Banque
  • Veiller à ce que la Banque obtienne sa propre note intrinsèque « AAA » en vue de la viabilité à long terme

Avec le soutien inconditionnel des chefs d’État et de gouvernement africains, des Gouverneurs de la Banque, des ministres des Finances, du Conseil d’administration et du personnel, nous serons prêts à partir d’aujourd’hui, une fois de plus, à retrousser nos manches et à poursuivre notre travail collectif pour obtenir des résultats encore plus importants dans le sillage de nos « High 5 » à savoir : Éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie ; Nourrir l’Afrique ; Industrialiser l’Afrique ; Intégrer l’Afrique et Améliorer la qualité de vie des populations africaines. Pour l’avenir, œuvrons pour une Afrique plus développée et à une Banque africaine de développement beaucoup plus forte et plus résiliente. En cette époque qui est la nôtre, l’Afrique doit briller comme la lumière du soleil. Ensemble... unis, nous y parviendrons.

Alors, en ce jour, une fois de plus, allons de l’avant, mus par la puissance de notre mission, inspirés par la primauté de notre vision et enhardis par la force de notre union.

  • Ensemble - nous sommes plus forts
  • Ensemble - nous faisons plus
  • Ensemble - nous devenons résilients
  • Ensemble - nous bâtissons une institution meilleure
  • Ensemble - nous gagnons pour l’Afrique !

Je vous remercie chaleureusement !

Que Dieu vous bénisse tous - et que Dieu bénisse l’Afrique !

Publi-Reportage/ UNACOOPEC-CI, L’UNION DANS LA DIVERSITE / Une confiance établie dans le temps malgré les crises socio-politiques de la Côte d’Ivoire de 1999 à 2011

L’Union Nationale des Coopératives d’Epargne et de Crédit de Côte d’Ivoire (UNACOOPEC-CI) est une Institution de microfinance à caractère mutualiste comptant à ce jour 24 COOPEC regroupant 136 points de services fonctionnels aussi bien en milieu urbain, péri-urbain et rural répartis sur toute l’étendue du territoire national ivoirien.

L’UNACOOPEC-CI a pour principales activités : l’épargne, le crédit, le transfert d'argent, le paiement électronique, la micro-assurance, l’agribusiness, les virements de salaire et de pension, l’éducation financière et l’accompagnement à la création d’entreprise. Elle a pour vision d’être et de demeurer une institution performante et innovante. L’UNACOOPEC-CI reste à ce jour la seule microfinance ivoirienne détenant une reconnaissance internationale pour la qualité des produits et services mis à la disposition de ses sociétaires à travers la certification ISO 9001 version 2015.

Le Réseau COOPEC tire sa force dans l’UNION de ses membres, qui malgré leur différence, œuvrent pour un idéal commun, celui de faire de l’UNACOOPEC-CI un levier de développement local et de prospérité au service de l’ensemble de la population de Côte d’Ivoire par la création d’emplois et de richesses. Aux fins d’accomplir sa mission et d’atteindre ses objectifs, l’UNACOOPEC-CI développe les valeurs de probité, d’engagement, de transparence, de professionnalisme, de qualité de service, de disponibilité, d’esprit d’équipe et d’éthique grâce à un personnel de qualité et motivé. Avec plus de 1000 agents, l’UNACOOPEC-CI est devenu aujourd’hui un employeur de référence qui fait du capital humain son cheval de bataille. Leader de l’inclusion financière en Côte d’Ivoire depuis plus de 44 ans de par les actions qu’elle pose en faveur des personnes à faibles revenus, L’UNACOOPEC-CI demeure aujourd’hui un partenaire de confiance engagé auprès de tous pour le développement de la Côte d’Ivoire. Depuis sa création, celle-ci a injecté dans l’économie ivoirienne, plus de 1700 milliards de F CFA au profit des populations actives et entreprenantes, cependant vulnérables et n’ayant pas un accès aisé au financement des banques classiques. L’UNACOOPEC-CI, fort de son rayonnement sur toute d’étendue du territoire de Côte d’Ivoire, de son savoir-faire, et de la confiance en elle placée par les Pouvoirs Publiques, reste très active dans la mise en œuvre du Programme Social du Gouvernement (PS GOUV).

En effet, l’UNACOOPEC-CI conserve une place importante dans le développement de la microfinance en Côte d’Ivoire. Ses 136 points de services apportent des services financiers et non financiers à plus d’un (1) million d’utilisateurs. La gestion de plusieurs projets au sein du Réseau COOPEC, privés et publics notamment le FAFCI (Fonds d’Appui aux Femmes de Côte d’Ivoire), le Fonds Emploi Jeunes (AEJ) du Ministère de la Promotion de la Jeunesse de l’Emploi des Jeunes et du Service Civique (AGIR pour les jeunes), le fonds SOUTRALI du Ministère du Commerce, le fonds du Ministère du Transport (FTDR), le fonds du Ministère de l’Artisanat, ont permis aux pouvoirs publics de conférer à l’UNACOOPEC-CI encore une fois pour la mise en place du Programme National de la Microfinance Participative et de Renforcement des Capacités de Côte d’Ivoire (PNMP-CI), un partenariat entre l’Etat de Côte d’Ivoire et la Banque Islamique de Développement (BID), dont le montant de financement est estimé à 22,64 millions USD (soit environ 11,32 milliards de FCFA) . Il vise à terme, la capacitation de 60.000 bénéficiaires à travers une dynamique de mise en partenariat, à l’effet d’accroitre la base économique nationale par l’insertion des femmes, des jeunes sans emploi ou sous employés dans le circuit productif.

L’UNACOOPEC-CI réitère ses remerciements à l’ensemble de ses partenaires, notamment aux Pouvoirs Publics pour la marque de confiance qu’ils continuent de placer en elle, pour une amélioration constante des conditions de vie de la population ivoirienne.

Notation financière / L’agence Fitch Ratings confirme la note à long terme « AAA » de la Banque africaine de développement, avec une perspective stable

L’agence de notation financière internationale Fitch Ratings a confirmé, mardi 21 juillet, la note de défaut émetteur à long terme « AAA » de la Banque africaine de développement, avec une perspective stable.

« La note ‘AAA’ de la Banque est le résultat de l’extraordinaire soutien de ses actionnaires, évalués AAA par Fitch Ratings », indique l’agence dans un communiqué. Elle considère comme excellente et prudente la politique de gestion du risque de la Banque, à l’image de celles de ses homologues régionaux notés eux aussi ‘AAA’.

Fitch Ratings estime que « le profil de liquidités de la Banque est excellent, lui attribuant une note ‘AAA’, tant pour ses réserves de liquidités que pour la qualité de celles-ci », et que « la capitalisation de la Banque est solide, reflétant un très bon ratio entre capitaux propres et actifs. »

L'agence de notation internationale prend en compte « une souscription à hauteur de 125 % du capital de Banque, à partir de 2021, dans le cadre de la 7ème augmentation générale de capital approuvée en octobre 2019 », en faisant remarquer que « tous ses actionnaires non régionaux devraient réaliser leurs premiers versements avant octobre 2021. » En avril dernier, le Conseil d'administration de la Banque a approuvé une facilité de réponse au Covid-19 dotée de 10 milliards de dollars américains et destinée aux emprunteurs actuels afin d’atténuer l'impact de la pandémie sur l’économie de ces pays. « Nous nous réjouissons du fait que l’agence Fitch Ratings a confirmé la notation 'AAA' de la dette de la Banque, avec une perspective stable, malgré la conjoncture économique mondiale et régionale difficile en raison de la pandémie de Covid-19. « Nous allons poursuivre nos efforts pour renforcer la pertinence de notre politique de soutien aux pays membres régionaux, en particulier pendant et après la crise du Covid-19. Nous veillerons également à maintenir nos ratios prudentiels et des niveaux adéquats de liquidité tampons », a déclaré le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina.

« Le large soutien de nos actionnaires est essentiel pour que la Banque continue de jouer son rôle de premier plan dans l’aide au développement en Afrique “ , a déclaré Swazi Tshabalala, première vice-présidente par intérim de la Banque africaine de développement, en charge des finances. La notation « AAA » avec perspective stable de la Banque africaine par Fitch Ratings fait suite à une notation antérieure identique attribuée par l’agence américaine Standard and Poor’s Global Rating.

 SERCOM

Association des loteries d’Afrique (ALA)/Dramane Coulibaly, nouveau président

L’Association des Loteries d’Afrique (ALA) a un nouveau président en la personne de Dramane Coulibaly, Directeur Général de la Loterie Nationale de Côte d’Ivoire (LONACI). Il  a été élu, pour un mandat de 4 ans  à ce poste à l’issue de l’assemblée générale extraordinaire de cette association  qui s’est tenue le 26 juin 2020. Le Directeur Général de la Lonaci a obtenu 13 voix sur 14, contre une abstention. Pour le nouveau patron de l’ALA, c’est un challenge qu’il tachera de relever pour le rayonnement international de la Côte d’Ivoire.  « Loin d’être un couronnement, la présidence de l’ALA est pour moi un challenge à relever pour mon pays, pour la LONACI et pour moi-même. J’accomplirai donc cette mission avec la conviction d’apporter ma modeste contribution au rayonnement international de notre pays », a-t-il indiqué avant d’exprimer sa gratitude au Président de la République qui lui a fait confiance en le nommant, en juillet 2017,  à la tête de la LONACI. Il a ensuite remercié le regretté Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly et le Ministre de l’Economie et des Finances pour le soutien institutionnel dont bénéficie la  première entreprise citoyenne auprès du gouvernement. Faut-il le souligner, les membres de l’ALA ont porté de façon unanime leur choix sur le Directeur Général de la LONACI  en raison de ses qualités de grand manager qui a fait bondir le chiffre d’affaires de cette entreprise  qui est passé de 77,12 milliards en 2017 à 92,09 milliards en 2018 et 205 milliards de Fcfa en 2019. Une performance qui n’a pas laissé indifférent ses pairs qui ont tout simplement décidé de  le plébisciter.  Le nouveau président, Dramane Coulibaly aura la lourde tâche de défendre les intérêts de l’association aux plans régional et international.

Affia Marie

Les pays membres de l’ALA

1-BENIN          

   Loterie Nationale du Benin (LNB)

2-BURKINA FASO 

    Loterie Nationale du Burkina Faso (LONAB)

3-COTE D’IVOIRE 

    Loterie Nationale de la Côte d’Ivoire (LONACI)

4-GUINEE                  

    Loterie Nationale de Guinée (LONAGUI)

5-GUINEE-BISSAU 

    Loterie Nationale de Guinée-Bissau (LNGB)

6-MAROC 

    La Marocaine des jeux et des sports(MDJS)

    Société National d’encouragement du cheval (SOREC)

7-LIBERIA 

    National Lottery Authority (NLA)

8-TOGO 

    Loterie Nationale togolaise (LNT)

9-MADAGASCAR 

   PMU Madagascar

10-MALI 

   PMU Mali

11-NIGER 

   Loterie Nationale du Niger (LONANI)

12-REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO 

   Société Nationale de Loterie (SONAL)

13- REPUBLIQUE DU CONGO 

   Loterie Nationale

14-SENEGAL 

   Loterie Nationale Sénégalaise

 

 

S'abonner à ce flux RSS