Burkina Faso : une délégation de la Cédéao attendue, le lieutenant-colonel Damiba au Togo    Coup d’État au Burkina Faso : les raisons de la chute du putschiste Paul-Henri Damiba    Françoise N'Thépé, l'architecte qui construit un écrin pour les Amazones et les rois du Dahomey    Coup d'État au Burkina Faso : le lieutenant-colonel Damiba renversé par le capitaine Ibrahim Traoré    Burkina Faso : le sentiment anti-Français, "meilleur catalyseur des mobilisations de rue"    Coup d'État au Burkina Faso : le colonel destitué Damiba accepte de démissionner    Le Tchad prolonge de deux ans maximum la transition vers des élections    Putsch au Burkina Faso : incidents près de l'ambassade de France, situation confuse à Ouagadougou    Nouveau coup d'État au Burkina Faso : le chef de la junte démis de ses fonctions    "Nos silences" : raconter les avortements clandestins en Côte d'Ivoire    Karim Khan, procureur de la CPI, applaudit la tenue en Guinée du procès du massacre du 28-Septembre    Burkina Faso : des tirs nourris entendus à Ouagadougou    Soldats ivoiriens détenus au Mali : un contentieux diplomatique qui s'enlise    Ouverture du procès de Félicien Kabuga, financier présumé du génocide des Tutsis du Rwanda    Le procès de Félicien Kabuga à La Haye : l'attente des victimes du génocide au Rwanda

Politique

Consolidation de la paix /Nialé Kaba partage l’expérience ivoirienne devant le G7+

La Ministre du Plan et du Développement, Nialé Kaba, s’est exprimée, le 23 septembre 2022, devant les dirigeants du Groupe des 7 (G7+). C’était en marge de la 77ème session de l’Assemblée Générale des Nations Unies, où elle a partagé l’expérience ivoirienne en matière de rétablissement et consolidation de la paix.

 D’emblée, la Ministre du Plan et du Développement a rappelé que la Côte d’Ivoire est sortie de deux décennies de crises, fragilisée au plan politique, économique et social. Ce contexte aurait pu compromettre la paix et la cohésion sociale si des initiatives n’étaient pas prises dès l’ascension à la Magistrature Suprême du président Alassane Ouattara en 2011. Ainsi pour aboutir à la stabilité, le processus de réconciliation nationale et de consolidation de la paix a bénéficié de plusieurs initiatives dont la mise en place des réformes majeures portant sur les questions foncières et identitaires  ainsi que des institutions et structures appropriées  sans oublier la facilitation du retour des exilés politiques. Ce modèle reconnu en matière de stabilisation, de soutien au processus politique et de prévention de la violence a été rendu possible grâce à la restructuration de l’armée, la création du Conseil national de sécurité (CNS) et la mise en place en 2012 de l’Autorité pour la Démobilisation, le Désarmement et la Réinsertion (ADDR). Dans l’intervalle, l’approche ivoirienne en matière de consolidation de la paix, selon Nialé Kaba, a consisté à la mise en œuvre du  Programme national de cohésion sociale (PNCS), du Programme national de développement communautaire (PNDC) et le Programme d’Assistance Post Conflit (PAPC).

Pour finir, la ministre ivoirienne du Plan et du Développement a réitéré ses remerciements à la communauté internationale pour son appui dans le processus de consolidation de la paix en Côte d’Ivoire. Un pays qui « connait une multiplication de situation de changement de régime anti-démocratique à ses frontières, dans des pays où il y a des situations d’insécurité ». « Je voudrais renouveler la gratitude de mon pays à tous nos partenaires, qui nous soutiennent inlassablement dans la préservation des acquis en matière de stabilité et de paix, pour le bien-être de nos populations, mais qui œuvrent au retour de la paix dans la sous-région », a-t-elle affirmé.

Présente à New-york dans le cadre de la 77ème session de l’Assemblée Générale des Nations Unies, la Ministre du Plan et du Développement a représenté le Président de la République a plusieurs rencontres, notamment à la cérémonie de lancement du Global Africa Business Initiative (GABI), dont le Thème était : « Promouvoir la croissance et le développement durable de l’Afrique ». Cette activité, soutenue par Afreximbank, Google, la Fondation Rockefeller et la Fondation Mastercard, a rassemblé les leaders dans les domaines de la politique, du développement économique, de la mode, du sport, des arts et de la musique. Nialé Kaba a aussi représenté le Chef de l’Etat, aux côtés du Ministre de l’Environnement et du Développement Durable, Jean Luc Assi, au Dialogue des Chefs d’Etats et de Gouvernement et Investisseurs institutionnels, sur le thème : « Financement climatique : Présentation des projets d’investissement en matière d’infrastructures prioritaires dans le cadre de l’agenda 2063 ».

 

Avec Sercom

77ème Assemblée générale de l’ONU : Le Président Alassane Ouattara demande la libération, sans délai, des 46 soldats ivoiriens injustement détenus au Mali

Le Président ivoirien, Alassane Ouattara, a appelé, à nouveau, la junte militaire au pouvoir au Mali à libérer, sans délai, les 46 soldats ivoiriens injustement détenus depuis le 10 juillet 2022 alors qu’ils étaient en déploiement en qualité de 8ème détachement de l’Élément de soutien national (NSE) au sein de la MINUSMA au Mali.

Le Président Alassane Ouattara intervenait à la tribune des Nations unies à New York, le mercredi 21 septembre 2022 à New York, lors du Débat général de la 77ème Session de l’Assemblée générale des Nations unies sur le thème « Un tournant décisif : des solutions transformatrices face à des défis intriqués».

Dans ce contexte de lutte contre le terrorisme, Alassane Ouattara s’est réjoui de la participation de la Côte d’Ivoire à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA) et à la Mission des Nations Unies en République Centrafricaine (MINURCA).

 « Je salue le professionnalisme des contingents ivoiriens déployés dans ces opérations. Je m’incline devant la mémoire des soldats ivoiriens morts pour servir la cause de la paix dans le pays frère du Mali, qui a résolument besoin de l’engagement de tous à ses côtés dans sa lutte contre les groupes terroristes armés », a-t-il relevé. 

Alassane Ouattara a encouragé les autorités maliennes à concentrer leurs efforts sur la lutte contre le terrorisme et à mettre en œuvre, de façon résolue, les différentes étapes du chronogramme de la transition, ainsi que les réformes politiques et institutionnelles en vue des élections présidentielles prévues en février 2024, pour le bien-être du peuple malien.

Parlant des opérations de maintien de la paix des Nations Unies, le Président ivoirien a dit qu’elles représentent la manifestation tangible de l’action collective au service de la paix dans les pays victimes de conflits.

« La Côte d’Ivoire qui a abrité l’une des plus importantes opérations de maintien de la paix des Nations Unies en Afrique, mesure à sa juste valeur le sacrifice consenti par les pays contributeurs de troupes, afin de permettre le retour de la paix et de faciliter la reconstruction post-conflit. C’est fort du succès de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) et de notre foi aux valeurs de la Charte des Nations Unies, que mon pays a décidé de participer activement aux opérations de paix des Nations Unies, comme je l’ai déclaré devant le Conseil de sécurité, en décembre 2018 », a-t-il rappelé. 

Source : CICG

Communiqué du Conseil des Ministres

Le mercredi 14 septembre 2022, un Conseil des Ministres s’est tenu de 11h00 à 12h45, au Palais de la Présidence de la République à Abidjan, sous la présidence de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Chef de l’Etat.

L’ordre du jour de cette réunion comportait les points suivants :

A/-Mesures Générales

Projets de décrets

C/-Communications

A/ – MESURES GENERALES

PROJETS DE DECRETS

1- Au titre du Ministère des Ressources Animales et Halieutiques, en liaison avec le Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité ;

Le Conseil a adopté deux (02) décrets :

  • un décret fixant les conditions d’autorisation d’exercice des vétérinaires en clientèle privée et d’octroi d’agrément aux établissements de soins vétérinaires;
  • un décret fixant les modalités de fonctionnement des organismes techniques reconnus d’utilité publique participant à l’amélioration de la santé publique vétérinaire.

Ces deux (02) décrets interviennent en application de la loi n° 2020-995 du 30 décembre 2020 portant Code de santé publique vétérinaire. Ils concourent la mise en œuvre de la politique d’actualisation et de modernisation de la législation nationale en matière de santé publique vétérinaire engagée par le Gouvernement, en vue de contenir les impacts socioéconomiques et sanitaires des maladies animales et de renforcer la prévention contre les risques nouveaux et émergents liés aux agents pathogènes.

2- Au titre du Ministère de la Santé, de l’Hygiène Publique et de la Couverture Maladie Universelle, en liaison avec le Ministère de l’Economie et des Finances, le Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat et le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique ;

Le Conseil a adopté neuf (09) décrets :

  • un décret portant transformation de l’Etablissement Public à Caractère Administratif dénommé Centre National de Transfusion Sanguine de Côte d’Ivoire, en abrégé CNTSCI, en Etablissement Public Hospitalier National Spécialisé ;
  • un décret portant transformation de l’Etablissement Public à Caractère Administratif dénommé Centre National de Prévention et de Traitement de l’Insuffisance Rénale, en abrégé CNPTIR ; en Etablissement Public Hospitalier National Spécialisé ;
  • un décret portant transformation de l’Etablissement Public à Caractère Administratif dénommé Institut RAOUL FOLLEREAU DE COTE D’IVOIRE, en abrégé IRFCI, en Etablissement Public Hospitalier National Spécialisé ;
  • un décret portant transformation de l’Etablissement Public à Caractère Administratif dénommé Institut National de Santé Publique, en abrégé INSP, en Etablissement Public Hospitalier National Spécialisé ;
  • un décret portant transformation de l’Etablissement Public à Caractère Administratif dénommé Institut National d’Hygiène Publique, en abrégé INHP, en Etablissement Public Hospitalier National Spécialisé ;
  • un décret portant transformation de l’Etablissement Public à Caractère Administratif dénommé Institut de Cardiologie d’Abidjan, en abrégé ICA, en Etablissement Public Hospitalier National Spécialisé ;
  • un décret portant attributions, organisation et fonctionnement d’un Etablissement Public Hospitalier National Spécialisé dénommé Institut de Médecine Nucléaire d’Abidjan, en abrégé IMENA ;
  • un décret portant transformation de l’Etablissement Public à Caractère Administratif dénommé Centre National d’Oncologie Médicale et de Radiothérapie Alassane OUATTARA, en abrégé CNRAO, en Etablissement Public Hospitalier National Spécialisé ;
  • un décret portant transformation de l’Etablissement Public à Caractère Administratif dénommé Laboratoire National de Santé Publique, en abrégé LNSP, en Etablissement Public Hospitalier National Spécialisé.

Ces neuf (09) décrets interviennent en application de la loi n° 2019-678 du 23 juillet 2019 portant réforme hospitalière et des textes subséquents, notamment le décret n°2021-756 du 1er décembre 2021 portant attributions, organisation et fonctionnement des Etablissements Publics Hospitaliers Nationaux, qui fixent le cadre général de la modernisation de la gouvernance, de l’organisation et du fonctionnement des hôpitaux et des centres nationaux spécialisés de santé publique. Ils concourent à mettre en cohérence le cadre institutionnel et opérationnel de l’ensemble des centres nationaux spécialisés de santé publique existant sous la forme d’Etablissement Public à caractère Administratif (EPA) avec la nouvelle législation en vigueur en la matière.

Ainsi, ces décrets confèrent le statut d’Etablissement Public Hospitalier National Spécialisé à chacun des centres spécialisés de santé publique existant, en vue de moderniser leur mode d’organisation et de fonctionnement suivant les exigences de performances et de réaliser, corrélativement, l’adéquation entre l’offre de soins, l’optimisation des ressources disponibles et la prise en charge médicale efficiente des populations.

C/– COMMUNICATIONS

1- Au titre du Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et de la Diaspora, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural, le Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme, le Ministère du Plan et du Développement, le Ministère de l’Economie et des Finances, le Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat et le Ministère de la Santé, de l’Hygiène Publique et de la Couverture Maladie Universelle ;

Le Conseil a adopté une communication relative à la 77ème session Ordinaire de l’Assemblée Générale des Nations Unies, prévue du 13 septembre au 22 décembre 2022, à New-York.

Une délégation de haut niveau conduite par le Président de la République prendra part à ces assises marquées par le contexte de guerre en Europe de l’Est et les résurgences de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19.

A l’occasion du débat général prévu du 20 au 27 septembre 2022, sur le thème « Un moment décisif : des solutions transformatrices à des défis interdépendants », le Président de la République prendra la parole pour décliner la vision de la Côte d’Ivoire sur la situation dans le monde et l’engagement de notre pays en faveur des thématiques importantes, dont la sécurité internationale, les droits de l’homme et les changements climatiques.

2- Au titre du Ministère du Plan et du Développement, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et de la Diaspora, le Ministère de l’Economie et des Finances et le Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat ;

Le Conseil a adopté une communication relative à la signature de l’Accord de siège du Centre Panafricain de Formation en Statistiques (PANSTAT).

Conformément à la décision de la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement de l’Union Africaine (UA) en date de janvier 2014, qui crée le PANSTAT et établit son siège en Côte d’Ivoire, le Conseil a donné son accord pour la signature de la Convention de siège avec la Commission de l’Union Africaine et la prise en charge des engagements y afférents sur le budget de l’Etat.

3- Au titre du Ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, en liaison avec le Ministère de l’Economie et des Finances et le Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat ;

Le Conseil a adopté une communication relative à la prise en charge de la contribution de base au programme de travail de l’ONU-HABITAT de l’année 2021.

L’ONU-HABITAT œuvre, au sein du système des Nations Unies, à un meilleur avenir urbain et à l’accès à un logement décent pour tous. Notre pays bénéficie notamment des programmes de renforcement des capacités et d’appui au développement des outils stratégiques de gestion urbaine et de programmes sectoriels développés par cette institution, notamment le Programme Participatif d’Amélioration des Bidonvilles (PPAB).

Aussi, le Conseil a donné son accord pour l’acquittement de la contribution de base au programme de travail de l’ONU-HABITAT pour les années 2021 et 2022.

4- Au titre du Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat en liaison avec le Ministère de l’Economie et des Finances ;

Le Conseil a adopté une communication relative au projet de loi de finances rectificative au titre de l’année 2022.

 

La loi de finances portant budget de l’Etat pour l’année 2022 a été adoptée dans le contexte de la relance de l’économie nationale fortement perturbée par la pandémie de Covid-19 et dans la perspective d’une croissance économique attendue de 7,1%.

Toutefois, le dynamisme de l’activité économique a été impacté par la situation de guerre en Europe de l’Est, et devrait ralentir de 0,2 point, soit un taux de croissance de 6,9% contre 7,1%, initialement projeté.

Ainsi sur le plan budgétaire, le pays devrait connaître une évolution non favorable des recettes attendues en 2022 et à contrario, une hausse des dépenses publiques résultant des mesures de soutien aux secteurs impactés par la crise. En outre, la prise en compte de nouveaux besoins, en lien notamment avec le renforcement du dispositif de défense et de sécurité, au regard de la persistance de la menace terroriste dans la région septentrionale de notre pays, la nécessité d’une bonne préparation des évènements sportifs de 2023, le renforcement de la résilience du système sanitaire et les mesures prises dans le cadre de la trêve sociale, commandent également un accroissement des dépenses budgétaires. Le déficit budgétaire devrait ainsi s’établir à 6% du PIB contre 5,7% antérieurement projeté.

Globalement, les modifications envisagées se traduisent par une hausse du niveau du budget de 833,5 milliards de francs CFA. Le nouvel équilibre du budget 2022 s’établirait ainsi en ressources et en dépenses à 10 734,5 milliards de francs CFA contre 9 901,1 milliards de francs CFA prévus initialement.

5- Au titre du Ministère de l’Economie et des Finances, en liaison avec le Ministère du Budget et du Portefeuille de l’Etat, le Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation, le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et le Ministère de l’Enseignement Technique de la Formation Professionnelle et de l’Apprentissage ;

Le Conseil a adopté une communication relative aux mesures spécifiques pour la rentrée scolaire et universitaire 2022-2023.

Dans le cadre de la rentrée scolaire et universitaire 2022-2023, le Conseil a arrêté des mesures spécifiques en vue d’améliorer le dispositif et la qualité de l’enseignement scolaire, de l’enseignement supérieur et de l’enseignement technique et la formation professionnelle. Il s’agit notamment :

  • Au niveau de l’enseignement scolaire

de la distribution de 5,3 millions de kits et de 6,1 millions de manuels pour un coût global de 17 milliards de francs CFA. En outre, un projet pilote de prêt et de location de livres, dénommé projet BONAMAS, sera mis en place pendant cette rentrée scolaire. Les manuels essentiels seront prêtés aux élèves pour un coût de 10 000 francs CFA.

de la distribution de 167 000 tables bancs aux établissements scolaires pour un coût de 3 milliards de francs CFA ;

de la mise à disposition d’un montant cumulé de 18 milliards de francs CFA viré sur les comptes des différents COGES, qui, conformément aux instructions du Président de la République, ne lèvent plus de cotisations auprès des parents d’élèves ;

de l’ouverture d’une classe du préscolaire dans toutes les écoles primaires publiques, en privilégiant dans un premier temps les zones rurales, de façon à renforcer la place de la petite enfance dans le système éducatif national ;

de l’assujettissement du recrutement temporaire des bénévoles à des tests d’évaluation du niveau de connaissance et de compétence ;

du lancement des Contrats d’Objectifs et de performance au niveau des Directions Régionales de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation (DRENA) et des Directions Départementales de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation (DDENA), afin d’instaurer une culture du résultat et d’assurer un pilotage efficace du Système d’Education et de Formation.

  • Au niveau de l’enseignement supérieur

du renforcement de la capacité d’accueil des cités universitaires avec l’ouverture des résidences universitaires de Williamsville, d’Adjamé 220 logements et de Vridi, la réhabilitation des résidences universitaires d’Abobo 1 et 2, de Port-Bouët 3, de Daloa (1200 lits) et de Korhogo (2400 lits) et le lancement en novembre 2022 de la construction des nouvelles résidences universitaires de Cocody (500 lits), d’Abobo-Adjamé (2000 lits) et de Bouaké (2000 lits) ;

du relogement en cité universitaire de tous les étudiants squattant les amphithéâtres et salles de Travaux Dirigés ;

du renforcement de la capacité d’accueil des restaurants universitaires avec l’ouverture de deux nouveaux restaurants universitaires à Abobo-Adjamé et à Cocody, ainsi que l’amélioration de la qualité des repas dans l’ensemble des restaurants universitaires ;

de la rentrée universitaire unique pour l’ensemble des universités, sur toute l’étendue du territoire national, le 3 octobre 2022 ;

de l’octroi d’une aide aux étudiants les plus démunis pour un montant global de 500 millions de francs CFA, à environ 2600 étudiants démunis recensés par les services sociaux des CROU.

  • Au niveau de l’enseignement technique et de la formation professionnelle

du maintien des mesures exceptionnelles prises en 2021 relatives à la réduction du coût de la scolarité, notamment la suppression des cotisations exceptionnelles et des frais de dossiers ;

de la mise à disposition d’équipements et de matériels didactiques au profit des élèves de l’ETFPA à hauteur de 1,4 milliard de francs CFA, afin de permettre aux établissements d’enseignement technique et de la formation professionnelle de fonctionner régulièrement ; de l’institution d’une bourse de mobilité accordée aux élèves ou apprentis en immersion dans une structure de formation, une entreprise ou une institution à l’étranger.

6- Au titre du Ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté ;

Le Conseil a adopté une communication relative à l’adoption du Mécanisme National de Référencement et des Procédures Opérationnelles Standards de prise en charge des victimes de traite des personnes.

Notre pays, comme bien d’autres, est touché par les fléaux de la traite des personnes, la migration irrégulière et le trafic illicite de migrants. Face à cette situation, l’Etat a ratifié en octobre 2012 le protocole de Palerme, en vue de prévenir et de réprimer, de concert avec les autres Etats, la traite des personnes et les infractions assimilées. Conformément à ses engagements internationaux, la Côte d’Ivoire a également adopté plusieurs lois dont la loi n°2016-1111 du 8 décembre 2016 portant création du Comité National de Lutte contre la Traite des Personnes (CNLTP).

Dans cette même dynamique, le Conseil a adopté, avec l’appui des partenaires techniques et financiers dont l’ONUDC, un nouveau système de coordination de toutes les activités de la lutte contre la traite des personnes afin d’assurer une bonne identification et une meilleure prise en charge des victimes. Ce dispositif dénommé Mécanisme National de Référencement et des Procédures Opérationnelles Standards de prise en charge des victimes de traite des personnes permettra de renforcer et d’orienter au mieux les efforts et les actions du Gouvernement en matière de lutte contre la traite des personnes et spécifiquement dans le domaine de la protection et de la prise en charge des victimes.

D- DIVERS

- Le Conseil a été informé de ce que la Côte d’Ivoire a demandé une réunion extraordinaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO sur la situation de nos soldats au Mali.

- Le prochain Conseil des Ministres se tiendra le mercredi 28 septembre 2022, à Abidjan.

 

                                                                                                                                                                                                                  Fait à Abidjan, le 14 septembre 2022

                                                                                                                                                                                                                                   Amadou COULIBALY

                                                                                                                                                                                                   Ministre de la Communication et de l’Economie Numérique,

                                                                                                                                                                                                                              Porte-parole du Gouvernement

24 heures après son retour au pays natal / Tidjane Thiam chez le président Bédié

« Je n’ai jamais quitté le Pdci-Rda »

 

24 heures après son retour en Côte d'Ivoire, Tidjane Thiam a pris hier mardi 09 Août, la direction de Daoukro afin de rendre visite au Président du PDCI-RDA son Excellence Henri Konan Bédié. Il a été reçu par son ‘‘père’’, le Président du PDCI-RDA à sa résidence de Daoukro. Il faut signaler que l'échange de nouvelles s'est passé en langue baoulé entre le porte-parole du Président Bédié (chargé de mission), Kra Kouamé et le porte-parole du Ministre Thiam, N’goran Edmond.

Le porte-parole du Ministre Thiam a dit ceci :"notre fils, notre neveu est parti à l'extérieur pendant plus de 20 ans. Il est revenu au pays, hier (NDLR : Lundi). Il est passé dire bonjour au Président de la République, et par la suite il est parti sur sa terre natale à Yamoussoukro. Le Président Bédié est son père, son papa. Il fallait qu'il s'empresse de venir le saluer, et lui apporter sa compassion au vu de toutes les épreuves qu'il a traversées depuis son départ. "Après l'échange de nouvelles en présence de tous, le Président et le Ministre se sont entretenus comme père et fils.

Etaient avec le Président Bédié, le directeur de cabinet, L'honorable Akoto Olivier, le président du Groupe parlementaire Pdci-Rda Doho Simon, la vice-présidente Mme NDIA (député Sakassou), le directeur de protocole, Porquet Romain et le Président Innocent Yao (JPDCI Rurale). Quand le Ministre gouverneur Augustin Thiam, sa sœur Nana Yamousso Thiam, son frère Aziz Thiam, le porte-parole N'goran Edmond et le chargé de mission Adjan Kodjo accompagnaient le Ministre Thiam et Mme.

M. Tidjane Thiam était sous la Présidence de M. Bédié, Directeur Général du BNETD 1994-1998 (Bureau National D'études et Technique de Développement) puis Ministre du Développement 1998-1999. C'est dans une ambiance familiale que le Sphinx de Daoukro et l'ex ministre ont échangé.

E.A avec Dircom

 

Tidjane Thiam : « Je n’ai jamais quitté le Pdci-Rda »

Comment jugez-vous ce retour en Côte d’Ivoire ?

« C’est un voyage extrêmement important et aussi très agréable pour moi. Le pays m’a beaucoup manqué et c’est avec beaucoup de plaisir que j’ai retrouvé notre pays, nos compatriotes et il y a quelques instants le président SE le président Henri Konan Bédié que je suis venu saluer.

24 heures après votre arrivée, vous venez saluer votre père le président Bédié ?

Vous avez dit ‘‘mon père’’ » , donc vous avez répondu à votre question. Effectivement c’est mon père et c’est le devoir agréable de tout fils de venir saluer et Présenter ses respects à son père. Et j’ai souhaité le faire dans de bonnes conditions à l’occasion d’un retour vraiment joyeux. Donc c’est l’occasion pour moi de venir le saluer à Daoukro où je connais bien.

Le ministre Thiam en Côte d’Ivoire, est-ce une nouvelle histoire avec le Pdci-Rda ?

Il y a une continuité. Je n’ai jamais quitté le Pdci-Rda. J’ai toujours été membre du Pdci-Rda. De chaque côté de ma famille, regardez bien, on retrouve le Pdci-Rda. On connait bien l’histoire du président Houphouët-Boigny. On connait moins celle de mon grand-père maternel qui est l’un des signataires de l’acte fondateur du Pdci-Rda à l’étoile du Sud à Treichville. Donc nous sommes une famille Pdci et nous restons Pdci.

IN L'HERITAGE

Elections locales 2023 : Honorable N’guessan Euphrasie, déléguée Pdci-Rda de Yopougon-Centre aux femmes : « N’ayez pas peur, venez déposer votre candidature »

Députée élue dans la circonscription électorale de Yopougon, l’honorable Euphrasie N’Guessan est par ailleurs déléguée communale Pdci- Rda de Yopougon-Centre et coordonnatrice générale déléguée à l’autonomisation de la femme. Seule femme déléguée Pdci-Rda dans le district d’Abidjan pendant longtemps, son combat, c’est la parité hommes et femmes  dans les instances de décision tant  dans les partis politiques que dans les institutions de l’Etat. A la veille de la date butoir du dépôt des candidatures  pour les municipales et régionales  2023 au niveau de son parti le Pdci-Rda, elle lance un appel aux femmes.

« Presque tous les jours de la semaine, je suis passée à la direction du parti. Mais je n’ai pas vu au niveau du dépôt des dossiers, l’affluence des femmes postulant en tant que candidates pour les prochaines municipales et régionales. Et cela m’intrigue et m’inquiète. Oui parce que le Pdci-Rda, le parti fondé par le président Félix Houphouët  dont l’héritier naturel est notre référent le président Aimé Henri Konan Bédié est un parti grand et fort. Donc ce parti  doit donner l’exemple aux élections locales au niveau du quota. Car il y a un quota que les partis politiques doivent respecter. Il est de 30% pour la représentativité des femmes. Ce matin (NDLR hier) donc, j’invite toutes les femmes du Pdci-Rda qui travaillent pour l’’épanouissement et le rayonnement de notre parti, ces amazones du président Bédié à faire leurs dossiers et  à aller postuler  pour être  candidates aux élections municipales et régionales. Que nous soyons bureaucrates, entrepreneures, intellectuelles, ménagères, agricultrices, responsables de coopératives, quel que soit notre secteur d’activité, nous devons hisser notre parti au sommet en nous présentant. Ces élections locales doivent être la préfiguration des élections présidentielles. C’est pourquoi nous demandons à toutes ces braves femmes du Pdci-Rda que je connais bien et que je félicite au passage d’aller postuler. Pour exemple, j’ai été candidate en 2011 pour le compte du Pdci-Rda, en 2016  et en 2021,  j’ai été élue députée de la nation  dans la circonscription de Yopougon. C’est la persévérance. Il faut prendre des risques, il faut y aller, croire en soi et croire au Pdci-Rda qui est un grand parti, croire au président Henri Konan Bédié. Voyez  toute cette grande restructuration que le président Bédié a faite pour pouvoir donner la place à chacun. Le moment est donc venu pour donner son accord pour dire que nous femmes du Pdci-Rda nous sommes prêtes à faire gagner notre parti et que le Pdci-Rda reprenne les rênes du pouvoir d’Etat.                               Moi j’ai donné l’exemple. J’ai postulé dans la circonscription électorale de Yopougon comme candidate à la mairie car je veux travailler pour l’épanouissement de mon parti. Je veux que le Pdci-Rda, le parti du président Henri Konan Bédié soit présent dans les circonscriptions électorales non seulement du district d’Abidjan mais dans toutes les communes et régions de la Côte d’Ivoire. C’est pourquoi, j’invite mes sœurs du Pdci-Rda à faire comme moi. Allez déposer vos  dossiers pour que le Pdci-Rda nous choisisse pour respecter le quota de 30%. Je connais votre bravoure et votre abnégation  et je sais que le Pdci-Rda pourra compter sur ces amazones, ces braves femmes que nous sommes. Merci.

Propos recueillis par Etienne Atta

Grand rassemblement de la jeunesse du MGC / Simone Gbagbo : « Le MGG est un parti inspiré par des hommes, des femmes et des jeunes »

Le Secrétariat national chargé de la jeunesse du Mouvement des Générations Capables (MGC) a organisé un grand rassemblement dénommé "Opération spéciale adhésion jeunes", le samedi 16 juillet 2022, à Cocody Riviera Golf au siège national dudit parti. Mobiliser la jeunesse derrière les idéaux du Dr Simone Ehivet Gbagbo,  Présidente nationale du parti MGC, tel était le leitmotiv de cette rencontre avec les jeunes issus des différentes coordinations de Cocody, Abobo, Aboisso, Yopougon...Dans son mot de bienvenue, le Secrétaire national chargé de la jeunesse,  Achi Achi Michel a rendu un vibrant hommage à la Présidente du parti qui a permis que toutes les conditions soient réunies pour la tenue de cette rencontre. C'est dans cette optique qu'il a exhorté la jeunesse fortement mobilisée à adhérer massivement au MGC et à être attentive au message qui lui sera délivré, car, dit-il, Dr Simone Ehivet GBAGBO,  Présidente du parti est la seule alternative politique crédible pour sauver toutes les générations en Côte d'Ivoire. "Maman Simone Ehivet Gbagbo,  les jeunes de Côte d'Ivoire me chargent de vous dire que vous êtes incontestablement la femme politique présidentiable,  inégalable qui a su surmonter cette capacité de résistance et de résilience face aux injures et aux injustices de tout bord sans broncher", a-t-il indiqué.

 Quant à la Présidente du parti,  Simone Ehivet Gbagbo,  dans son adresse d'information et de formation à l'endroit de la jeunesse, elle a de prime abord défini le MGC. Selon elle, le MGC est un parti politique inspiré par des hommes,  des femmes et des jeunes qui se sont résignés à l'injustice,  à la dégradation des mœurs,  à la perversion des mentalités,  mais qui ont pour idéal de construire une Côte d'Ivoire "plus intelligente", "forte", "prospère" et "souveraine". Pour Dr Simone Ehivet Gbagbo,  un an après sa création,  son parti travaille en véritable instrument qui sera le creuset de la nouvelle espérance de la Côte d’Ivoire. "Or, pour que nous puissions atteindre cet objectif,  il faut que nous ayons des militants et des sympathisants qui soient bien formés,  c'est-à-dire,  il faut que nous ayons des jeunes, des femmes et des hommes qui soient imprégnés de la vision du MGC, imprégnés de ses valeurs et imprégnés de ses ambitions", a-t-elle souligné avant d'ajouter qu' un militant de MGC doit être un solutionneur de problèmes et non un  simple révélateur de problèmes. "Nous allons donc passer de la Côte d'Ivoire d'aujourd'hui à une nouvelle nation qui sera transformée à travers notre devise : "Solidarité",  "Audace" et "Souveraineté", a-t-elle renchéri.  Notons que  ce grand rassemblement de la jeunesse du MGC est placé sous le patronage de la Présidente du parti, Dr Simone Ehivet Gbagbo et le parrainage de l'ancien ministre, Sekré Richard.

Pour rappel,  le Mouvement des Générations Capables (MGC) a vu le jour le 25 septembre 2021 au Palais des Sports de Treichville-Abidjan. 

 

S'abonner à ce flux RSS