Mahamat Idriss Déby Itno reçu par Emmanuel Macron : "Deux présidents qui ont besoin l'un de l'autre"    Référendum en Éthiopie : Abiy Ahmed à l'épreuve des revendications ethniques    Hyacinthe Ouattara interroge la mémoire et l'identité avec ses sculptures en textile torsadé    Meurtre du journaliste camerounais Martinez Zogo : un influent homme d'affaires arrêté    Mutilations sexuelles : "Les femmes excisent les petites filles pour les hommes"    Mali : la junte expulse le directeur de la division des droits de l'Homme de la Minusma    Le pape François quitte le Soudan du Sud, fin de son "pèlerinage œcuménique de paix"    "Déposons les armes" : le pape achève sa visite au Soudan du Sud avec une messe en plein air    Au Soudan du Sud, le pape appelle à rendre une "dignité" aux déplacés de la guerre civile    Burkina Faso : le président Traoré dément une "rupture diplomatique" avec la France    Au Soudan du Sud, le pape François lance un appel à la paix    Au Soudan du Sud, le pape François appelle à un "sursaut" pour la paix    Le pape est arrivé pour son "pèlerinage de paix" au Soudan du Sud    Le pape François peut-il être un facteur de paix pour le Soudan du Sud ?

Sport

Gestion des infrastructures Sportives /14 étudiants de l’INJS en immersion au centre Sportif, Culturel et des Tics ivoiro-Coréen Alassane Ouattara

Conduits par le Secrétaire Général du Conseil National du Sport Allah Yao,  14 étudiants de Master 1 en management des infrastructures sportives  à l’Institut National de la Jeunesse et des Sports (INJS) étaient ce lundi 6 février 2023 au Centre Sportif, Culturel et des Tics ivoiro-Coréen Alassane Ouattara, pour une visite mais également pour s’imprégner de la gestion de cette infrastructure multidimensionnelle et multifonctionnelle. Ils ont été accueillis par le Directeur Général Angelot Kognot et les directeurs de Département. En sa qualité de Directeur d’exploitation, There Joël a conduit la visite des infrastructures. De la salle multimédia, à la bibliothèque en passant par le gymnase doté de 1500 voire 2000 places , la salle de conférence et la bâche d’eau , les étudiants ont pu  voir de près  la plupart des salles  de cette infrastructure sportive bâtie sur une superficie de 8824 m2  et poser des questions en matière gestion dont ils pourront s’en inspirer  au cours et à la fin de leur formation. Au-delà de ces aspects, ce fut  également une occasion de créer le contact avec les administrateurs de ces infrastructures qui pourront leur offrir des stages de perfectionnement.

Un film retraçant l’histoire de ce centre né de la vision de l’ancien président de la Fédération ivoirienne de Taekwondo, Bamba Cheick Daniel,  a été présenté aux visiteurs qui ont ensuite posé des questions au Directeur Général du CSCTICAO, Angelot Kognot.  Qui, de son point de vue,  a jugé cette visite très enrichissante. « Je voudrais dire que ça a été une visite très enrichissante. A la sortie de cette visite, nous voyons que les étudiants qui sont venus ont bien voulu s‘imprégner du modèle de gestion  des infrastructures modernes sportives comme le CSCTICAO qui est le fruit de la coopération ivoiro-coréenne et qui  se veut un centre d’innovation, de créativité, d’intégration. Avec la mise en place des outils modernes de gestion, les étudiants ont bien appris et j’espère que cette visite va leur permettre de  faire la connexion entre la théorie  qu’ils apprennent à l’école et la pratique sur le terrain. Et  donc  avec  les échanges, nous avons vu que les étudiants ont très bien compris et nous espérons que ça va leur donner du tonus. Nous leur donnons juste du  ‘‘rêve’’ pour qu’ils puissent être fiers et  continuer à développer leurs potentialités en matière de gestion des infrastructures sportives », a-t-il confié à la presse.

Situant l’objet de cette visite, Allah YAO a rappelé qu’elle « s’inscrit dans le cadre de la formation  des étudiants en Master 1 en management des infrastructures sportives. Aujourd’hui, les infrastructures sont au centre de la politique nationale des Sports puisque pour tout développement de la pratique  sportive, il faut des lieux atypiques. Et  donc nous avons jugé opportun d’amener ces étudiants à comprendre l’importance du choix qu’ils ont fait qui se trouve aussi centre de la politique nationale  des sports en Côte d’Ivoire surtout à un moment où  l’Etat  a engagé des ressources énormes pour la construction et la réalisation des infrastructures  sportives.  C’est vrai que dès qu’on en parle on pense à la CAN qui va nous permettre d’avoir de grosses infrastructures en grand nombre. Mais au-delà de la CAN, il y a un certain nombre d’infrastructures de proximité, régionales qui vont être construites. Le ministre des Sports, Danho Paulin l’a démontré dans sa feuille de route. Et donc,  pour  ceux qui sont chargés de gérer ces infrastructures, il était important de venir voir ce qui  se fait concrètement à  différents niveaux pour s’inspirer des acquis  et de ce qui est en train de se faire pour se mettre au diapason afin que demain , s’ils  sont appelés à gérer ces infrastructures, ils  puissent s’appuyer sur ces outils pour faire  en sorte que ce que l’Etat est en train de construire soit non seulement rentable en terme d’utilisation et  de fréquentation  mais  rentable aussi  sur le plan économique et que   dans quelques années, on puisse retrouver ces infrastructures encore opérationnelles au service de la population pour l’épanouissement de la jeunesse » .

Pour rappel, les travaux de construction du Centre Sportif, Culturel et des Tics ivoiro-coréen Alassane Ouattara ont débuté le  18 février 2018 et il a été inauguré le 28 octobre 2021,   en présence  du chef de l’Etat Ivoirien, du  Vice-Président de l’Agence Coréenne de Coopération Internationale (KOICA), M. SONG Woon Yeob, du Ministre des Sports et du Développement de l’Economie Sportive, Paulin Danho,  du Grand-Maître Kim Young Tae, de Bamba Cheick Daniel alors président de la Fédération ivoirienne de Taekwondo et de plusieurs autres personnalités. Avant le CSCTICAO, les étudiants ont visité l’Agora de Koumassi, une infrastructure dédiée au sport de masse.  

Patricia Lyse

 

 

     

Football : RIFIFI entre Abidjan City FC et Molde FK/ Le transfert de Datro Fofana à Chelsea FC va-t-il prendre du plomb?

 Parti pour être le plus beau feuilleton footballistique de ce début d'année 2023, le transfert du jeune prodige ivoirien, David Datro Fofana, (20 ans, 2 sélections), du club d'Abidjan City FC au prestigieux club anglais de Chelsea FC, via le club vendeur, le Norvégien Moldë FK qui, au passage, a brûlé la politesse financière à Abidjan City FC, club formateur, a pris une allure rocambolesque. Le monde entier, et sa presse avec, est très critique sur l'affaire (le très sérieux tabloïd anglais 'THE GUARDIAN', parle de 'vol', tandis que CANAL + SPORTS, révèle 'l'histoire derrière le talent' de Datro Fofana). Et ce n'est pas fait pour rasséréner toutes les parties prenantes.

C'est au bas mot quelques 13 millions d'euros que Chelsea FC a sorti de sa tirelire pour s'adjuger les services de David Datro Fofana (DDF, pour les intimes), acheté au club Norvégien de Moldë FK. Ce, pour un contrat courant jusqu'en 2029, avec option de prolongation d'une année supplémentaire. Seulement, voilà. A en croire Né Marco Taddei, président du club formateur d'Abidjan City FC (lui-même ancien pensionnaire de l'Académie Mimosifcom, de l'Asec d'Abidjan, et professionnel totalisant au moins 10 ans au haut niveau), l'achat du joueur n'a pas obéi aux standards internationaux en vigueur.

La faute à la Fédération ivoirienne de football (FIF) dont la caution d'alors donnée à la mère du joueur et à sa coterie de prédateurs sportifs (agent, intermédiaires, conseillers, etc.), a aidé à 'doubler' momentanément Né Marco Taddei et son club. La mère allant jusqu'à renier sa propre signature posée au bas du contrat passé avec le club formateur. Toute chose qui a nécessité en son temps l'expertise d'un graphologue qui a confondu la mère du jeune footballeur.

La faute aussi (expresse, et complice pourquoi pas) du club de Moldë FK, lui-même, qui a voulu se tailler la part financière du lion, en biffant de tous les registres du transfert le nom du club formateur. Ce qui a eu pour avantage, pour lui, de remettre en cause l'appartenance du joueur à Abidjan City FC et de le présenter comme libre de tout engagement au moment du transfert, pour en tirer profit. Or, les archives ici et là font mention d'un contrat de 5 ans (2017-2022) dûment signé par la mère avec le club formateur d'Abidjan City FC. 

Au total donc, la FIF d'avant la normalisation,  qui a confié avoir agi en bonne et due forme sur le dossier, selon nos recoupements, a validé le Certificat International de Transfert (CIT) du joueur pour Moldë FK, alors qu'un contentieux pendait entre la mère, qui représentait les intérêts du joueur mineur, et le président du club formateur du joueur, Né Marco, et qu'il aurait fallu, pour la FIF, suspendre le transfert (pas de l'annuler), puis d'analyser les arguments de chaque partie et de trancher en dernier ressort. 

Abidjan City FC qui n'a eu de cesse de crier au loup, a continué son combat. Le temps faisant son œuvre, une nouvelle FIF est installée après la normalisation dirigée par Mme Dao Gabala. Elle est donc saisie par Né Marco et son équipe qui font appel de la décision de l'ancienne équipe dirigeante. La nouvelle commission de recours de la FIF (elle est indépendante, et c'est important de le souligner) est saisie. Statuant sur le fond et sur la forme, avec à l'appui une nouvelle confirmation graphologique de la signature de maman Datro Fofana et bien d'autres preuves, elle  rend son verdict qui donne entièrement raison à l'équipe formateur d'Abidjan City FC et remet en selle le président Né Marco. 

Portée devant le Tribunal Arbitral du Sports (TAS), l'affaire Datro Fofana, même si elle ne remet pas en cause le transfert du gamin à Chelsea, révèle la face hideuse des mains aux extrémités des dossiers de transferts de footballeurs, en même temps qu'elle interpelle la Fédération Ivoirienne de Football (FIF) sur la rigueur qu'il faudra désormais mettre dans la gestion des transferts des footballeurs et dans les rapports avec les clubs dont elle est l'émanation.

 

Une contribution de

  1. Ali Kourouma,

Passionné de Foot.

--

 

Omnisports : Afro Oscars 2022 d'Italie "Premium Africa" / L’ivoiro-italienne Kimi Ossin Laurène sacrée jeune prodige du sport au niveau du Taekwondo

La 9ème édition des meilleurs athlètes d'origine africaine vivant en Italie, baptisée les Afro Oscars ou encore Premium Africa, a eu lieu dans la soirée du samedi 21 janvier 2023 à Milan. Au cours de cette cérémonie,  la Taekwondo in d'origine ivoirienne Kimi Ossin Laurène (15 ans en avril 2023) a été sacrée jeune prodige du sport au niveau de sa discipline de prédilection : le Taekwondo. Fière d'avoir honoré à nouveau la Côte d'Ivoire à une autre soirée de prestige réunissant la crème des champions de tous les sports, la championne du Monde en titre ivoirienne chez les Cadettes a rappelé qu'elle fera tout son possible pour faire flotter le drapeau tricolore de la Côte d'Ivoire partout où elle sera appelée à la représenter. "Merci à tout un chacun pour le soutien. Je suis fière de ce nouveau Trophée qui honore encore une fois la Côte d'Ivoire", a-t-elle dit dans une salle acquise à sa cause comme en témoigne le standing ovation dont elle a bénéficié. Aux  côtés de son géniteur, elle a brandi son prestigieux titre de "Reine" des sportifs d'origine africaine résidant en Italie. Pour l'Ambassadeur  de Côte d’Ivoire  près la République d'Italie, SEM. Samuel Ouattara, la distinction de Kimi Ossin Laurène Samuel n'est que la juste récompense de son immense talent de combattante intrépide au niveau du Taekwondo. Une réalité qui ne laisse pas indifférent les Autorités italiennes qui manœuvrent fort pour la convaincre de porter les couleurs  de son pays d’adoption. Il est bien de noter que Kimi Ossin Laurène continue de marquer tous les esprits aux quatre  (4) coins de la Planète-Taekwondo par ses prouesses historiques. Comme illustration parfaite, sa démonstration de force lors des Mondiaux 2022 des Cadets (filles et garçons) à Sofia en Bulgarie où elle  a remporté la médaille d'or faisant ainsi d’elle   la championne de sa catégorie. L'Ivoiro-italienne fut l'unique représentante de la Côte d'Ivoire à ces rendez-vous des meilleurs tireurs de tous les Continents.

 Patricia Lyse

 

CHAN 2022 / Les Eléphants A’ accèdent aux quarts de finale

Les Eléphants locaux sont montés en puissance. Alors qu’ils étaient en ballotage défavorable après leur défaite inaugurale face aux Lions de la Teranga du Sénégal (1-0) et leur nul (0-0) face à la RDC , ils ont réussi à retourner la situation en leur faveur lors du 3e et dernier match de la poule B  en battant (3-1) les Cranes de l’Ouganda hier  au stade Nelson Mandela de Baraki (Alger).Une victoire qui les propulse en quarts de finale du Championnat d’Afrique des nations  de football Algérie 2022. Dès l’entame de cette opposition de la dernière chance, les Eléphants A’ affichent leur intention. Gagner, tel était le leitmotiv des poulains de Soualiho Haïdara .  Ainsi, à la 11e mn, Sankara William Karamoko, élu d’ailleurs  l’homme du match, ouvre le score pour les Eléphants locaux.  13 mn plus tard soit à 27emn, Patrick Ouotro  corse l’addition pour les siens. A ces deux réalisations réagissent les Ougandais qui réduisent le score sur penalty  à  l’heure du jeu. Les équipes rejoignent les vestiaires avec une avance d’1 but pour les poulains de Soualiho Haïdara. A la reprise,  les Ivoiriens aggravent  le score grâce au remplaçant Kramo Aubin.  A 3-1, la messe est dite et les Eléphants locaux accèdent aux quarts de finale. Ils croiseront donc , les hôtes de cette 7e édition du CHAN 2022,   les Fennecs d’Algérie  qui ont réalisé un sans-faute lors de la phase de groupe en arrachant une mince victoire (1-0) samedi dernier au stade Nelson Mandela d'Alger aux dépens du Mozambique   qui valide tout de même son ticket pour la phase à élimination directe. D’ailleurs, il croisera le fer  avec le Sénégal premier du Groupe B après sa victoire (3-0) face à la RD Congo 3-0.

Patricia Lyse

Gestion administrative et comptable / L’association des clubs de Football de Côte d’Ivoire va outiller ses membres

L’Association des clubs de football de Côte d’Ivoire (ACFCI)  s’est réunie samedi 21 janvier dernier au Jardin botanique de Bingerville pour présenter ses activités de l’année 2023. Ces activités, selon le président Issouf Bamba, seront marquées par 7 points  à savoir la mise en place d’une assurance-maladie. Différente de l’assurance professionnelle, cette assurance-maladie destinée aux athlètes et aux staffs  viendra apporter de la sérénité dans la gestion des clubs. Elle va coûter environ 5000 Fcfa plus 1000Fcfa de la CMU. Elle  sera mise en place  au plus tard le 15 février .Il est également prévu  de mettre à la  disposition des clubs un logiciel comptable qui va faciliter leur gestion au quotidien  et leur offrir une traçabilité de tout ce qui est  mouvement financier. En outre, l’ACFCI prévoit signer une convention avec des clubs à l’étranger et  le patronat pour la mise en place d’un programme de sponsoring. Selon le président Issouf Bamba, il y aura également l’acquisition  de cars pour  des clubs qui en ont  besoin sans oublier la signature de convention avec des sociétés de transport. Le renforcement des capacités des entraineurs et des formateurs  ainsi que la construction d’un centre de remise en forme des athlètes  figurent également en bonne place  des activités marquant l’année 2023.

Au chapitre des échanges, les clubs ont égrené les difficultés qu’ils ont rencontrées lors de la première phase du championnat.

Partant du postulat selon lequel une association est forte quand  elle pose des actions fortes sur le terrain, l’ancien premier Vice-président de la FIF, Sory Diabaté a  remis 5 ballons à tous les clubs membres de l’ACFCI. Créée en août 2022, l’ACFCI revendique une trentaine de membres dont 25 étaient présents dans ce cadre inédit pour ce grand moment de retrouvailles qui   fera date dans l’histoire du football ivoirien.

 Patri

CHAN Algérie 2022 : Pour leur 2è match face à la RDC / Les Eléphants locaux n’ont pas droit à l’erreur

Pour leur entrée en lice dans le championnat d’Afrique des nations de Football  (CHAN Algérie 2022), les Eléphants A’ ont été défaits  (1-0) par les Lions de la Teranga samedi dernier, au stade du 19 mai 1956  d’Annaba. Un échec qui met la pression sur les poulains de Soualiho Haïdara qui n’ont pas droit à l’erreur face à la République Démocratique du Congo,  lors  de  leur deuxième match de groupe, ce mercredi, à Annaba. Car une autre défaite des Ivoiriens locaux  serait synonyme d’élimination. Conscients donc de l’immensité de la mission qui les attend, les  Goua Mahan Marc, Folly Ayayi Charles, Coulibaly Souleymane,  Ouattara Dognimin et consorts  avec en tête le sélectionneur  promettent de tout donner pour changer les choses. Pour ce faire, le coach Soualiho Haïdara compte sur les joueurs qui ont envie d’aller chercher la victoire.  « La défaite face au Sénégal n'entrave pas notre qualification pour les quarts de finale. Certainement que cette défaite va nous permettre de développer d'autres aspects au sein de notre équipe. Nous allons rencontrer  la RD Congo qui a un profil différent de celui du Sénégal qui avait plus d'atouts techniques contrairement à la RD Congo qui a une puissance athlétique. Par rapport au profil du RD Congo, il faudra changer certaines choses. Ce n'est pas que nous n'avons  pas de respect pour  l'adversaire et nous découvrir, mais il faudra s'adapter au nouveau profil de l'équipe en face et permettre à d'autres joueurs qui ont la capacité et la volonté de le faire, prendre des points pour gagner le droit d'avancer dans la compétition. La différence peut se faire au niveau de la mobilité. Si nous avons la possibilité d'être plus mobile que cette équipe, nous le ferons pour éviter des duels inutiles, je pense qu'on perdra moins de forces. Mais si on veut aller au combat avec eux, il faut qu'on soit prêt et s'adapter à la physionomie de la rencontre. Ce qui est certain, c'est que nous ferons ce qu'il y à faire, au moment de le faire », a confié l’entraineur des Eléphants locaux lors de la conférence de presse d’avant match ce soir.

Le constat est net, les Ivoiriens ont le dos au mur mais à cœur vaillant rien d’impossible. Ils comptent donc se donner à fond ce soir pour remporter les 3 points de la victoire ou à tout le moins accrocher le nul. Un résultat autre que ces deux options serait synonyme d’élimination prématurée  des Ivoiriens. Même si la tâche ne s’annonce pas aisée face à la RDC, 2 fois champion de la compétition en 2009 et 2016, les Ivoiriens doivent absolument tout mettre en œuvre pour ne  pas perdre. Faux pas donc interdit pour les Eléphants locaux ce soir face à la RDC qui avait obtenu 1 point lors de sa première sortie face à l’Ouganda qui de son côté croisera le fer avec le Sénégal.

 Patricia Lyse

S'abonner à ce flux RSS